Les protéines : macronutriment essentiel de l’alimentation

Aux côtés des lipides et des glucides, les protéines représentent l’une des trois grandes familles de macronutriments contribuant à apporter de l’énergie à l’organisme.

Constituées d’un enchaînement d’acides aminés assemblés entre eux par des liaisons peptidiques, elles s’apparentent à de longues chaînes linéaires ou ramifiées.

8 acides aminés essentiels

Parmi les 20 acides aminés protéinogènes, c’est-à-dire entrant en jeu dans la constitution des protéines, on distingue les acides aminés non essentiels et les acides aminés essentiels (AAE). Si les premiers (alanine, arginine, asparagine, acide aspartique, cystéine, glutamine, acide glutamique, glycine, histidine, proline, sérine, tyrosine) peuvent être fabriqués par le corps humain, les seconds (leucine, isoleucine, valine, thréonine, méthionine, phénylalanine, tryptophane et lysine) ne peuvent pas être synthétisés par l’organisme, du moins pas en quantité suffisante pour couvrir ses besoins. Ils doivent donc être impérativement apportés par l’alimentation !

Parmi les principales sources alimentaires d’acides aminés essentiels, on retrouve les protéines d’origine animale (viandes, œufs, produits laitiers, poissons) ainsi que les protéines d’origine végétale (céréales, légumes secs). Toutefois, ces dernières ayant une teneur limitante en certains AAE, il est nécessaire d’associer différents aliments végétaux (du riz avec des pois, du blé avec des fèves ou encore des lentilles avec du maïs…) pour couvrir les besoins de l’organisme en variété d’AAE

Le rôle des protéines

Les protéines jouent plusieurs rôles essentiels au sein de l’organisme. Elles participent au renouvellement des tissus musculaires, des phanères (cheveux, ongles, poils), de la matrice osseuse et de la peau.

Elles interviennent également dans de nombreux processus physiologiques tels que la digestion des aliments (amylases, lipases, protéases), le transport de l’oxygène (hémoglobines), la signalisation hormonale ou encore l’immunité (immunoglobulines).

Les besoins protéiques
augmentent avec l’âge

Le vieillissement s’accompagnant d’un certain nombre de changements physiologiques, dont une fonte de la masse musculaire entraînant une diminution de la force et de la performance physique, les personnes âgées doivent veiller à avoir des apports protéiques suffisants !

Contrairement aux idées reçues, elles ont des besoins supérieurs à ceux des adultes. En effet, l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) considère que la référence nutritionnelle en protéines des adultes est de 0,83 g/kg/j tandis qu’elle est au minimum de 1 g/kg/j pour les personnes âgées de plus de 65 ans – soit des besoins supérieurs de 20%.

Pour couvrir ses besoins quotidiens enprotéines, un homme de 75 ans pesant 70 kilos devra ainsi consommer l’équivalent d’un œuf, deux yaourts, un steak haché et une portion de 100 g de saumon chaque jour.

Des protéines à tous les repas

Le corps humain a des capacités de stockage des protéines très limitées. Si les muscles constituent une réserve en acides aminés, il est bien sûr très important d’éviter de puiser dans celle-ci.

Afin de maintenir la masse musculaire, les protéines doivent donc être consommées quotidiennement, à chaque repas. Découvrez toutes nos idées recettes et nos solutions pour veiller à avoir des apports suffisants.